DUNYA INFOS
Janvier Yahouédéou l’héritier de Soglo ?

Dans quelques mois, les populations béninoises se rendront aux urnes pour élire le futur président de la République. Même si l’annonce officielle des candidatures à cette échéance présidentielle se fait toujours attendre, il n’en demeure pas moins que des candidats virtuels sérieux font parler d’eux. Au nombre de ceux-ci, se trouve Janvier Yahouédéou, PDG du groupe Master Soft.

Janvier Yahouédéou est-il candidat à l’élection présidentielle de mars 2006 ? Nul ne saurait répondre de façon pertinente à cette interrogation. Néanmoins les observateurs de l’actualité politique nationale ont appris il y a quelques semaines que le président directeur général du groupe Master Soft est tenté par la chose politique. Mais n’ayant pas une formation politique dont il est le leader et qui pourrait le propulser, sa candidature tend à être banalisée. La question se pose alors de savoir si cette volonté, non encore exprimée par l’intéressé lui-même, provient d’une sollicitation de ses nombreux amis de la société civile, d’une pression sociale de son aire socio-culturelle ou encore s’il veut lui-même tenter sa chance. La dernière hypothèse est écartée d’office car si cette volonté provenait de lui-même, il l’aurait manifesté publiquement depuis quelle l’a effleuré. L’homme est surtout connu pour son franc-parler et n’a pas sa langue dans sa poche. Aussi, est-il assez courageux pour affronter les conséquences qui pourraient découler de l’annonce de sa candidature à la présidence de la république. Mais s’il se tait jusque là, cela veut tout simplement dire qu’il y a certainement un groupe qui le soutient. Cela participe peut-être donc d’une stratégie de groupe.

Interrogés sur la question, les proches de Janvier Yahouédéou affirment que l’homme est tiraillé entre les sollicitations et les pressions des amis, des cadres de ce pays et bien évidemment ceux de son environnement socio-culturel. Toutefois, ils reconnaissent qu’il reste imperturbable et désintéressé et qu’il attend peut-être le moment opportun pour décider. En d’autres termes, Janvier Yahouédéou n’a pas encore dit oui et il n’a pas encore dit non.

Une balance de son comportement fait dire à quelques-uns qu’il pourrait opposer une fin de non recevoir à cette sollicitation compte tenu de ses nombreuses autres occupations. Et pourtant Le docteur Janvier Yahouédéou est indubitablement l’un des modèles de l’incarnation de la bonne gouvernance. Dans notre petit pays le Bénin, gangrené par toutes sortes de vices, Janvier Yahouédéou fait partie incontestablement du pan de ce qu’il reste encore de positif sur les plans de l’intégrité morale et de la dignité humaine. Le docteur Janvier Yahouédéou, PDG du groupe Master Soft est donc un exemple de sérieux, de parler-vrai, de ténacité, de combativité et de courage pour avoir osé se donner une ligne de conduite de laquelle il ne s’est jamais détourné jusqu’à aujourd’hui : celle dénoncer les crimes économiques sociaux et politiques qui pullulent sous le règne du général Mathieu

Kérékou. Après avoir créé Master Soft à Paris en France, il s’est en volé aux Etats-Unis où il fit de même dans les années 80 avant de venir s’implanter dans son propre pays en 1989. Auteur de nombreux livres techniques et politiques en France, aux Etats-Unis et dont les plus célèbres au Bénin sont « Les vraies couleurs du Caméléon » paru aux éditions «Le droit de savoir», le docteur Yahouédéou paraît aujourd’hui comme un joker sérieux de la société civile à la présidentielle de mars2006. Car aujourd’hui, nous assistons à une volonté populaire manifeste accrue d’un renouvellement systématique de la classe politique. La nature ayant horreur du vide, ce renouvellement ne saurait s’opérer qu’avec des hommes qui incarnent les aspirations réelles des populations. Le docteur Janvier Yahouédéou fait incontestablement partie de cette frange d’hommes Nouveaux que le peuple béninois souhaiterait voir diriger les affaires de la cité étant donné que la vieille garde a fini de montrer ses limites, Beaucoup d’atouts militent d’ailleurs en sa faveur: son encrage dans la société civile, ses relations avec les populations à la base et de sa région natale et bien sûr le fait qu’il partage la même aire géographique que le président d’honneur de la Renaissance du Bénin, Nicéphore Soglo.

Beaucoup diront peut-être que Janvier Yahouédéou n’a pas la même audience sur le plan international. Ceux-là ignorent certainement qu’avant de venir s’implanter au Bénin, le docteur Yahouédéou a déjà fait ses preuves en Europe et en Amérique; des preuves qui lui ont valu de recevoir de nombreux prix et félicitations qu’il garde pour lui-même pour le moment. Etant donné que l’aire géographique qui fait confiance à Nicéphore Soglo développe des aptitudes à confier ses destinées à un homme qui pourrait faire l’unanimité dans le cadre de la présidentielle de 2006, le docteur Janvier Yahouédéou semble bien parti s’il acceptait de se mettre dans le jeu. Autrement dit, il apparaît comme celui qui incarne les grandes valeurs cardinales de gestion prônées par Nicéphore Soglo qui ne doit pas hésiter à le désigner comme dauphin.

L’allure et la pente sur lesquelles se trouve aujourd’hui notre pays méritent qu’une nouvelle classe d’hommes politiqués viennent réparer les nombreux préjudices causés aux populations par les actuels gouvernants. La volonté populaire se manifeste depuis des années dans ce sens déjà. Seuls les hommes manquent à cet appel du peuple. Et seuls  également, ceux qui font preuve de patriotisme, de vision et d’ambition bénéficieront de cette confiance du peuple. Rester insensibles à la main tendue ainsi qu’aux gesticulations et jérémiades du peuple pourrait conduire les populations à se désintéresser complètement de la chose politique. C’est pour cela que ceux de la société civile qui sont sollicités doivent répondre favorablement au peuple afin que le tir soit corrigé avant qu’il ne soit trop tard.

joseph Gbogbo