LA NOUVELLE TRIBUNE

Implication du Président Kérékou dans l’affaire Kovacks

Les déclarations de Janvier Assogba sur l’affaire Kovacks s apportent de l’eau au moulin de Janvier Yahouédéou à travers son ouvrage « Les Vraies Couleurs du Caméléon »

  1. D. G.

Les révélations du Colonel à la retraite Janvier Assogba dimanche dernier sur l’affaire Kovacks confirment l’implication du général Mathieu Kérékou telle que l’avait décrite Janvier Yahouédéou dans son livre intitulé «Les vraies couleurs du Caméléon ». Les recherches de cet auteur viennent ainsi d’être certifiées par un témoin qui mieux que quiconque est indiqué pour parler de l’affaire Kovacks et de l’implication du général Mathieu Kérékou alors commandant de l’armée. En effet, de passage dimanche dernier sur l’émission «Ma part de vérité» sur Golfe télévision, le Colonel Janvier Assogba à dénoncé et fustigé de vive voix, l’implication du président Mathieu Kérékou dans l’affaire Kovacks, à travers une démonstration identique à celle faite par Janvier Yahouédéou dans son livre «Les vraies couleurs du Caméléon». A en croire les révélations du Colonel, le président Mathieu Kérékou, avant le coup d’Etat du 26 octobre 1972 qui l’a porté au pouvoir, avait reçu un concours financier de Kovacks au nom du groupe des putschistes constitué du Colonel Janvier Assogba, du capitaine Michel Aïkpé et de lui-même. Le commandant Mathieu Kérékou aurait donc encaissé ce concours financier d’une valeur d’environ 30 millions de francs Cfa dont il n’avait pas informé ses compagnons d’arme. L’un de ceux-ci, le Colonel Janvier Assogba ne le su que plus tard dans l’exercice de ses fonctions de ministre des Finances, où il devait procéder au règlement d’une facture au profit de Kovacks.

Ayant trouvé trop complexe la procédure de décaissement à laquelle. il était soumis, ce dernier n’a pas manqué de rappeler au ministre des Finances qu’était Janvier Assogba le rôle financier qu’il a eu à jouer dans la conquête du pouvoir par le régime en place, avec des preuves à l’appui. Les preuves qu’il a produites montraient clairement la signature du commandant Mathieu Kérékou pour l’encaissement du concours financier de Kovacks s’était indigné le Colonel à la retraite, Janvier Assogba, au cours de l’émission. Janvier Yahouédéou peut donc se frotter les mains de n’avoir pas dit n’importe quoi dans son ouvrage. Ce qui met aussi fin à toute polémique avec ses détracteurs.