Excellences Mesdames et Messieurs les Responsables des Missions diplomatiques et consulaires,

 

 Mesdames et Messieurs les chefs de Missions d’observation des élections législatives de décembre 2016 en Côte d’Ivoire,

 

Honorables Députés,

 

Monsieur le Représentant Résident du Secrétaire général de l’ONUCI, 

 

Madame la Représentante Résidente de l’Union Africaine en Côte d’Ivoire,

 

Monsieur le Représentant Résident de la CEDEAO en Côte d’Ivoire,

 

Monsieur le Représentant Résident de la Commission de l’UEMOA en Côte d’Ivoire,

 

Monsieur le Président de la Commission Electorale Indépendante,

Mesdames et Messieurs les Présidents de Partis politiques,

Monsieur le Président de la Convention de la Société Civile,

Mesdames et Messieurs les Journalistes,

Distingué(e)s invité(e)s,

Au nom du CIP-UEMOA et en mon nom propre, je voudrais vous souhaiter la bienvenue dans cette salle de conférence de l’Hôtel IVOTEL d’Abidjan. Les députés membres du CIP et de cette mission vous sont particulièrement reconnaissants d’avoir bien voulu honorer de votre présence la présente conférence de presse qui fait suite à notre mission d’observation des législatives du 18 décembre 2016 en Côte d’Ivoire.

Mesdames et messieurs,

L’UEMOA est l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine. Cette Institution est dirigée par la Conférence des Chefs d’Etats qui s’appuie sur plusieurs organes pour son fonctionnement.

1°) La Commission de l’UEMOA qui dirige les Institutions spécialisées Autonomes que sont:

– La BCEAO qui a son siège à Dakar;

– La BOAD qui a son siège à Lomé;

2°) Les Organes de contrôle juridictionnel  que sont:

– La Cour de Justice qui a son siège à Ouagadougou;

– La Cour des Comptes qui a également son siège à Ouagadougou;

3°) L’Organe de contrôle démocratique c’est à dire l’organe parlementaire qu’est le CIP-UEMOA qui a son siège à Bamako.

Le CIP-UEMOA est composé de 40 Députés issus des 8 pays de l’UEMOA.  Chaque pays membre élit 5 Députés pour siéger à cet organe.

Le  Comité  Interparlementaire contribue, par le dialogue et  le débat aux efforts d’intégration de l’Union. A cet  effet, le rapport de la Commission  sur le fonctionnement et  l’évolution  de l’UEMOA lui est soumis chaque année.

Le  CIP  reçoit également le rapport annuel conjoint des Cours des Comptes,  sur la conformité des Comptes des Etats aux règles comptables et budgétaires de l’Union et sur leur fiabilité.

Le  CIP  programme également des activités de visite  des chantiers  financés par l’UEMOA dans les différents pays membres de l’Union, afin d’apprécier l’intérêt et la qualité.

Dans le souci de contribuer au renforcement de la Paix et de la Démocratie, le CIP s’est doté d’un organe dénommé Conseil Parlementaire pour la Paix (CPP-UEMOA).

Le  CPP  a été créé  le 5 avril  2004.  C’est une structure interne du  Comité Interparlementaire. Sa mission essentielle est d’examiner les cas de conflits ou de risques de conflits, en vue de contribuer à leur prévention et leur règlement. A ce sujet,  des délégations composées du  Président du  CIP  et  de quelques Vice-Présidents sont envoyées dans les pays à risque.

Des missions d’observation des élections présidentielles  et  législatives sont également envoyées dans les pays de l’Union afin d’apprécier la transparence du processus et la sincérité des résultats.

C’est à ce titre  que 14 Députés membres du CIP, originaires de différents pays que sont:

* Le Bénin,

* Le Burkina,

* La Guinée-Bissau,

* Le Mali,

* Le Niger,

* Le Sénégal,

* Le Togo,

ont été désignés par cette institution pour participer à la présente mission d’observation des élections législatives du 18 décembre 2016 en République de Côte d’Ivoire.

Tout comme les législatives de 2011 et la Présidentielle de 2015 en Côte d’Ivoire, Le CIP-UEMOA a donc répondu à son rôle régalien.

La mission du CIP-UEMOA est arrivée en Côte d’Ivoire dès l’ouverture de la campagne.

Au début de notre séjour, nous avons eu une séance de travail avec la Commission Electorale Indépendante afin de nous imprégner des spécificités du contexte ivoirien, des textes régissant le scrutin, des dispositions prises pour les opérations de vote, etc.

Nous avons eu des entretiens au Ministère de l’Intérieur, avec les responsables des partis politiques, tant de l’opposition que de la majorité présidentielle, avec la Convention de la Société Civile, avec les chefs de délégation  des autres misions d’observation que sont l’Union Africaine, la Francophonie, l’ONUCI, le NDI.

Ces rencontres nous ont permis d’avoir une bonne compréhension du processus électoral ivoirien et des préoccupations des différents acteurs.

Nous nous sommes ensuite déployés dans plusieurs villes, entre autres: Bouaké, Gagnoa, Daloa, Yamoussoukro, Aboisso, Abidjan, etc.

Mesdames et Messieurs,

Nos observations pourraient se résumer comme suit:

1- La Campagne électorale

Elle fut très courte, mais empreinte d’une grande liberté d’expression. Les meetings de proximité et la sensibilisation porte-à-porte ont dominé la campagne. Aucun incident majeur, de nature à perturber la cohésion sociale ou le scrutin, n’a été constaté.

2- Le Déroulement du scrutin

Nous avons constaté une bonne préparation et une bonne organisation du scrutin. Le vote a réellement démarré avant 9 heures dans presque tous les bureaux de vote. Les tablettes de contrôle biométrique ont été fonctionnelles dans une large proportion à part quelques cas isolés.

Bien que discrètes, les forces de l’ordre étaient présentes dans tous les centres de votes couverts.

Les candidats se sont fait largement représentés;

Dans les bureaux de votes couverts, aucun représentant de candidat n’a contesté les résultats;

L’ambiance a été globalement calme un peu partout;

Mais les électeurs ont véritablement boudé les urnes. ce scrutin a brillé par un taux de participation particulièrement faible.

Selon les régions, les taux de participation varient de 10 à 30%. Ces taux sont même tombés à moins de 4% dans certains bureaux d’Abidjan. La moyenne globale obtenue sur l’ensemble des villes couvertes par le CIP-UEMOA est de 24,06 %.

CONCLUSION

La Mission d’observation du CIP-UEMOA se réjouit de la qualité de l’organisation, du bon déroulement de la campagne électorale et du scrutin du 18 décembre 2016 en Côte d’Ivoire.

Le très faible taux de participation des électeurs dans certaines régions est une source d’inquiétude pour l’avenir de la démocratie participative. Il présente tout de même l’avantage d’être un signal fort adressé à la classe politique ivoirienne pour qu’elle se penche entre autres sur la démocratie interne dans les partis, la durée de la campagne et la lassitude des électeurs.

La Mission d’observation du CIP-UEMOA félicite le peuple ivoirien pour sa maturité politique, félicite les autorités administratives et politiques, la Commission Electorale Indépendante pour la qualité de l’organisation, les Partis politiques et  la Convention de la société civile.

Un rapport détaillé et des recommandations de notre Mission d’observation seront adressés à la Commission de l’UEMOA qui les transmettra à l’Etat ivoirien.

Je vous remercie de m’avoir écouté.

                                                                      Le Chef de la Mission d’Observation

 

 

 

                                                                      Honorable Janvier YAHOUEDEOU

Vice-Président du CIP-UEMOA